L’entrevue d’embauche du Chat Perlipopette, personnage de la tentation de la pseudo-réciproque, de Kylie Ravera

LTDLPRParler de soi pour un auteur est parfois difficile, souvent répétitif. Voici donc un nouveau concept dans lequel j’invite les auteurs à me parler de leur héros de prédilection.

Pour vérifier s’ils ont ou non la gueule de l’emploi, quoi de mieux qu’un entretien d’embauche ?

La troisième candidate est un candidat… poilu, qui accompagne Peter Agor, le héros de La tentation de la pseudo-réciproque de Kylie Ravera.

Avec toutes les péripéties que rencontrent les héros de nos bouquins, nous avons décidé d’ouvrir un poste d’ange gardien. Vous nous semblez présenter de nombreux atouts pour le poste.

Nous vous remercions de l’intérêt que vous nous portez et nous aimerions mieux vous connaître.

  • Parlez moi de vous.

Je suis un chat. Felis silvestris catus. Je préfère commencer par lever toute ambiguïté sur le sujet, afin que nous puissions évacuer rapidement ces malencontreuses histoires d’allergie. Donc, oui, j’ai des poils. Plus précisément, un pelage gris tigré qui s’électrise au toucher. Quatre pattes sur lesquelles je retombe toujours, une queue expressive, des oreilles de précision, des yeux vairons. Une partie bien spécifique de mon anatomie a certes était amputée mais je souligne que cela n’a eu aucune incidence sur mon efficacité.

Je suis en poste depuis cinq ans et sept tomes auprès de Peter Agor, le héros de la Tentation de la pseudo-réciproque. Un humain lambda quand je l’ai connu, avec quelques problèmes d’acné et de maths. Depuis, il est tombé de haut sur plusieurs os, ainsi qu’irrésistiblement amoureux. Il a aussi plus ou moins entrepris de sauver le monde, même si ce n’est pas encore très clair pour lui. Evidemment, dans de telles circonstances, je me devais de lui donner un petit coup de patte. D’autant qu’il a singulièrement tendance à se fourrer dans des situations qui nécessitent l’intervention d’un ange gardien sage, avisé, vif et intelligent. Qualités dont je suis largement pourvu, heureusement.

Pourquoi nos chemins doivent-ils se séparer ? vous demandez-vous peut-être. Parce que je désapprouve ses derniers choix et que mon intégrité morale m’empêche de poursuivre notre relation.

  • Nommez trois choses positives qu’un ancien employeur dirait à votre propos.

J’imagine que Peter soulignerait mon empathie naturelle qui me permet d’aller me pelotonner contre son flanc aux moments où il en a le plus besoin – c’est-à-dire, à chaque fois qu’il pense à Eléanore. Il en profiterait sûrement pour relever ma capacité à produire des petits miaulements aux vertus réconfortantes – j’ai longuement travaillé les fréquences de ma ligne de basse pour arriver à un résultat optimum.

Eliane, la petite sœur de Peter que j’ai eu l’occasion de fréquenter quelque temps, mettrait sans doute en avant ma discrétion. Je n’ai rien dit la fois où elle a… bref. Je n’ai rien dit.

  • Quel accomplissement vous a donné la plus grande satisfaction ?

De toutes les fois où je lui ai sauvé la mise, je retiendrais celle où, pour résoudre une enquête particulièrement complexe, Peter a pu s’appuyer sur le produit de mes… mictions.

  • Quel est votre pire souvenir professionnel ?

Une rage de dents, contractée dans l’exercice de mes fonctions. Elle est la cause de la perte de ma capacité spéciale qui consistait à pouvoir lire l’avenir dans les bols de croquettes.

  • Votre plus grande qualité ?

J’hésite entre la modestie et la clairvoyance. Je vous laisse choisir.

  • Votre plus gros défaut ?

Je ne brille pas dans le noir. Dans le sens phosphorescent du terme, bien entendu.

  • Où vous voyez vous dans cinq ans ?

Dans une grande maison avec des enfants. Je n’ai pas vraiment d’expérience avec les mini-humains, mais j’imagine que ça ne doit pas être bien compliqué d’en comprendre le fonctionnement, non ?

  • Si vous étiez un humain, lequel seriez-vous ?

Chuck Norris. « Si j’étais un animal, je serais le chat Perlipopette », aurait-il déclaré. « Car quand on lance le chat Perlipopette sur le dos, la Terre modifie sa course pour aller à la rencontre de ses pieds ». C’est un peu exagéré, mais j’estime devoir lui rendre la politesse.

  • Votre plaisir coupable…

Qui n’a jamais vu onduler la croupe de la chatte Earley ignore tout du plaisir et de la culpabilité…

  • Pourquoi est-ce qu’on devrait vous engager vous plutôt qu’une autre personne ?

Parce que grâce à mes oreilles qui traînent aux bons endroits, je suis l’un des rares à savoir ce qui va arriver. Et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider à y survivre.

1 Commentaire

  1. Micheline Cumant

    « Quand on lance le chat Perlipopette sur le dos, la Terre modifie sa course pour aller à la rencontre de ses pieds »
    C’est exactement cela, Votre Majesté le Chat !
    Ange Gardien 001 ?

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 1 =

%d blogueurs aiment cette page :